[Lecture VO] The Farseer Trilogy : L’Assassin Royal, premier cycle

Depuis bien longtemps la série de l’Assassin Royal me faisait de l’œil sans que je n’ose vraiment sauter le pas. Trop de choses à lire, beaucoup de tomes à rattraper, sans compter que ma première tentative avec Robin Hobb (Les Aventuriers de la Mer) s’était soldée par un échec. Avec les diverses rééditions qui ont débarqués en 2014 j’ai fini par me lancer. Enfin !
J’ai donc jeté mon dévolu sur la sublime édition anglaise de HarperVoyager.

Note sur l’édition : Ici je parlerai donc de l’Assassin Royal dans son découpage original, composé de trois tomes. Pour ceux qui veulent s’y retrouver par rapport à l’édition française, cela correspond aux deux premiers tomes des intégrales sorties chez Pygmalion (ou au six premiers tomes en poche – quel bazar quand même !)

Par souci de clarté je reprends les noms propres de la traduction française.

Au royaume des Six-Duchés, le prince Chevalerie apprend l’existence de son fils illégitime Fitz. Abandonné à la cour de Castelcerf, le jeune garçon attire un jour l’attention du Roi Subtil qui décide d’en faire son assassin personnel. Commence alors une initiation dangereuse pour Fitz qui doit préserver ses secrets tout en naviguant dans les eaux troubles des intrigues de cour.

Assassins-Apprentice-Farseer-Trilogy-1-Robin-HobbTome 1, Assassin’s Apprentice.
Où l’on découvre l’univers de Robin Hobb à travers le regard de Fitz, le narrateur. Abandonné aux bons soins du sévère Burrich, le palefrenier de la cour, Fitz se remémore ses premiers pas dans le monde de la royauté. On retrouve dans son parcours le schéma du roman d’apprentissage. D’abord simple garçon d’écurie, il est pris sous la protection du roi Subtil qui en échange demande une loyauté sans faille : c’est ainsi que Fitz se met au service du roi et débute son apprentissage d’assassin sous la tutelle du mystérieux Umbre. Mais Fitz ne serait pas un bon héros de fantasy s’il n’avait pas des aptitudes extraordinaires.
En effet, Hobb introduit dans son univers deux sortes de magies, le Vif et l’Art que le jeune homme maîtrise toutes deux. La découverte de ces deux magies et de leur fonctionnement est passionnante et est indéniablement un des points forts du livre.
En parallèle du dur apprentissage de la vie que Fitz fait à la cour, on découvre l’univers des Six-Duchés par petites touches – notamment dans les notes à chaque début de chapitre – et la menace qui pèse sur le royaume : les raids des Pirates aux Vaisseaux Rouges qui mettent à feu et à sang les côtes des duchés.
Bien que l’intrigue principale du roman soit bouclée de manière satisfaisante, il reste tout de même des questions en suspens à la fin du tome en particulier en ce qui concerne les Vaisseaux Rouges et les raisons de leur croisade sanguinaire contre les Six-Duchés. Malgré cela ce tome est une excellente mise en bouche, posant les bases d’un univers riche peuplé de personnages tous plus intéressants les uns que les autres.

17th-Feb-Royal-Assassin-PB-indd

Tome 2, Royal Assassin.
On retrouve notre héros quelque peu défait après le dénouement douloureux du premier tome. Fitz rechigne à retourner à Castelcerf mais pourtant son roi à besoin de lui plus que jamais. Après avoir partagé un rêve de mauvais augure avec Subtil, Fitz se décide à reprendre sa place à la cour.
Ce tome peut paraître assez lent car Fitz passe plusieurs hivers à Castelcerf et est principalement confronté aux intrigues vénéneuses de la cour. C’est désormais à un jeune homme que nous avons affaire et cela se ressent dans son évolution : il passe par de nombreux états psychologiques, s’épanouit dans son amour pour Molly, se découvre une âme de guerrier impitoyable et surtout il fait la connaissance de son plus fidèle compagnon, le loup Œil-de-Nuit. Comme tout héros entrant dans l’adolescence, Fitz est parfois agaçant mais heureusement il est épaulé encore une fois par une galerie de personnages très réussis. Que ce soit le futur roi Vérité, sa jeune épouse étrangère Kettricken ou encore le Fou, c’est un véritable plaisir de les côtoyer et d’en apprendre davantage sur eux.
Une légère déception se fait tout de même sentir sur l’intrigue qui se renouvelle peu. En effet, la menace des Vaisseaux Rouges plane toujours sur le royaume et Royal confirme sa position d’antagoniste au sein de la cour de Castelcerf. On est donc dans la continuité totale du premier tome mais il est dommage que l’auteur n’ait pas divulgué quelques secrets sur les Pirates Outrîliens car ces révélations se font attendre depuis longtemps. Trop de suspens finit par tuer un peu le suspens.

18th-Feb-Assassins-Quest-PB-indd

Tome 3, Assassin’s Quest.
Après deux tomes réussis, ce dernier tome allait-il conclure en beauté la première trilogie de Robin Hobb ? Malheureusement, non.
La majeure partie du roman décrit le voyage de Fitz à travers les Six-Duchés. Enfin émancipé des adultes qui ont toujours contrôlés sa vie, Fitz peut poursuivre la voie qu’il veut. Et c’est pour cela qu’il en profite pour faire n’importe quoi. Non mais vraiment. N’IMPORTE QUOI FITZ.
/Attention, Spoilers !/
Notre héros décide ainsi que le but de sa vie sera de mettre un terme à celle de Royal. Intention tout à fait louable car cette pourriture ne mérite que cela mais on comprend très vite que cet objectif est bien vain. Il y a en effet bien plus pressant – et intéressant pour nous lecteurs – à savoir partir à la recherche de Vérité qui est perdu dans les montagnes depuis le tome précédent. Seulement, Fitz ne comprend tout cela que bien tard dans l’aventure. Le tome est long, très long et il ne se passe quasiment rien pendant les trois-quart (voire plus). C’est très frustrant d’autant que Fitz est tout simplement insupportable la plupart du temps. De décisions stupides en introspections pleines de misérabilisme, on a du mal à adhérer à la quête de notre héros. On notera tout de même l’apparition de deux personnages importants, la ménestrel Astérie et une mystérieuse vieille femme nommée Caudron. Avec ce cher Œil-de-Nuit, elles accompagnent Fitz durant sa quête et permettent d’insuffler un peu d’intérêt aux aventures autrement bien ennuyeuses du Bâtard royal.
À l’approche du dénouement et alors que Fitz a renoué avec de vieilles connaissances, on se dit « Enfin ! Les réponses tant attendues ». Et bien, non plus. La façon dont se concluent toutes les intrigues amorcées depuis le premier tome est une véritable douche froide. Fitz ne prend même pas part à la libération de Castelcerf et on a droit à un simple résumé de ce qu’il se passe. Pendant ce temps, Fitz se repose dans une cabane avec son loup… /Fin des spoilers/
Alors qu’on attendait depuis des plombes de savoir ce qui se tramait dans la tête des Pirates et de quelle façon les Anciens allaient apporter leur aide aux Duchés, on se retrouve avec une conclusion complètement anticlimatic qui met à bas tout ce qui avait été construit par l’auteur précédemment. Une véritable purge.

Malgré la fausse note conséquente que représente le tome 3, Robin Hobb construit dans cette première trilogie un univers consistant qui ne cesse de s’enrichir à mesure que l’on découvre les mœurs de ces peuples d’un autre temps. L’écriture fine et ciselée nous emporte dans une peinture de caractères si réaliste que l’attachement persiste longtemps après avoir refermé le livre. Heureusement ce n’est que le début et les aventures de Fitz se poursuivent dans The Tawny Man Trilogy dans laquelle je compte me plonger avec plaisir.

 

The Farseer Trilogy, de Robin Hobb :
Assassin’s Apprentice, 1995. 400 pages, éditions HarperVoyager (2014).
Royal Assassin, 1996. 656 pages, éditions HarperVoyager (2014).
Assassin’s Quest, 1997. 838 pages, éditions HarperVoyager (2014).

Publicités

3 réflexions sur “[Lecture VO] The Farseer Trilogy : L’Assassin Royal, premier cycle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s